Organiser une démo
Se connecter à la console
  • RGPD

  • CMP

CNIL Cookie Countdown : 9 webinars pour vous mettre en conformité

mai 7, 2021 by Zeliha Deveci

En octobre 2020, la CNIL a publié ses recommandations définitives concernant l'usage des cookies et traceurs avec une date limite de mise en conformité fixée à la fin mars 2021. Durant les mois précédents, Didomi a organisé une série de webinars pour expliquer les principales demandes de la CNIL en termes de consentement et comment optimiser les résultats. Retrouvez sur cet article un résumé des recommandations de la CNIL ainsi que les résumés des sessions de webinar qui ont eu lieu, avec les vidéos intégrées.

 

 

Sommaire :

 

 


 

Les recommandations de la CNIL

 

La CNIL a publié ses lignes directrices sur les cookies en octobre 2020, avec une date limite de mise en conformité fixée à la fin mars 2021. 

 

Les nouvelles recommandations de la CNIL concernent toute organisation. Qu’il s’agisse d’une petite ou grande entreprise, de ses partenaires ou d’un média qui collecte et utilise les données personnelles des utilisateurs à partir d’un site internet ou d’une application mobile.

 

En plus, les recommandations de la CNIL portent sur tous types d’appareils web (ordinateurs fixes, portables, tablettes) et mobiles (smartphones) puisque tous utilisent des technologies de tracking des internautes. 

 

Parmi les principales recommandations émises par la CNIL, nous citons :

 

Le refus des cookie doit être aussi simple que leur acceptation, et donc une option “Refuser tout” doit exister sur le premier niveau de l’avis de consentement ;


Les visiteurs doivent clairement être informés des finalités des traceurs avant de consentir ainsi que de l’identité de tous les acteurs utilisant des traceurs soumis au consentement ;


La poursuite de la navigation sur un site ne peut plus être considérée comme une expression valide du consentement de l’internaute ;


Les utilisateurs devront être en mesure de retirer leur consentement, facilement, et à tout moment ;


L’éditeur du site doit être en mesure de fournir la preuve du consentement à tout moment.


 

Evidemment, ceci ne constitue pas une liste exhaustive. C’est pour cette raison que nous vous invitons à consulter notre page très complète sur le sujet “Recommandations CNIL : Tout savoir sur le consentement cookies et traceurs”  pour plus d’informations. 


Votre site web n'est pas encore conforme ? Ne vous inquiétez pas si vous avez raté la date limite. Vous pouvez toujours nous contacter pour vous assurer que vous êtes en conformité le plus tôt possible grâce à la Consent Management Platform de Didomi.

 

Organiser une démo 

Si vous voulez simplement en savoir un peu plus sur la CNIL, continuez à lire pour découvrir tous les webinars de nos sessions CNIL Cookie Countdown. 

 

CNIL COOKIE COUNTDOWN #1 : Didomi fait une première présentation sur les recommandations de la CNIL

 

Consultez le premier webinar de la session Cnil Cookie Countdown organisé par l’équipe Didomi avec Romain Gauthier (CEO), Raphaël Boukris (VP Sales) et Yannig Roth (Head of Marketing)

 

 

Didomi ambitionne de vous apporter le meilleur accompagnement dans votre quête d’une Consent Management Platform (CMP) à la hauteur de vos exigences commerciales tout en restant conforme au cadre réglementaire !

 

Les recommendations de la CNIL ont débuté ce mois d’avril 2021. Si vous n’avez pas été assez réactif pendant ce délai, n'attendez pas pour vous conformer aux recommandations le plus tôt possible. Vous pouvez retrouver les étapes à suivre dans cet article

 

Au sens du RGPD, le consentement doit être une forme de manifestation de volonté “libre, spécifique, éclairée et univoque par laquelle la personne concernée accepte, par une déclaration ou par un acte positif clair, que des données à caractère personnel la concernant fassent l'objet d'un traitement”. 

 

Ce que couvrent les recommandations : 

Vous entendez et voyez très souvent la mention de “cookies”.  Cependant, les dernières recommandations de la CNIL concernent bel et bien tous types de tracking (traçage). Donc ce n’est pas uniquement les cookies, vous avez aussi des traceurs moins connus du grand public mais largement utilisés dont vous trouverez quelques exemples dans la vidéo que nous avons intégré à ce premier webinar.

 

Les exemptions : 

Le principe est le suivant : le consentement n’est pas nécessaire si les finalités des cookies ou traceurs permettent ou facilitent la communication, également lorsqu'elles sont strictement nécessaires à la fourniture du service de communication à la demande de l’utilisateur. 

 

Voici quelques exemples d’exemptions:

Les traceurs qui stockent la valeur du consentement ;


Les traceurs destinés à l’authentification ;


La mesure d’audience statistique strictement nécessaire, sans suivi global de la navigation.

 

…. Et quelques exemples de non-exemptions :

Traceurs pour afficher et mesurer la performance des publicités personnalisées ;


Personnalisation du contenu éditorial ;


Le partage des données sur les réseaux sociaux.


Les ouvertures dans les choix de boutons d’action 

La CNIL exige une symétrie entre les boutons “Refuser” et “Accepter”. 

Vous pouvez désormais retrouver une nouveauté sur les bannières de consentement, à savoir le “Continuer sans accepter”.  Maintenant un utilisateur doit avoir un bouton "Accepter tout" et "Refuser tout" au premier niveau de la bannière. Un autre point très important à noter est la fin du scroll. Le consentement à la navigation n’est plus considéré comme une expression valide du consentement.

 

“Les internautes sont en train de s’éduquer à toute vitesse sur ce sujet, comprennent de mieux en mieux qu’ils doivent avoir le choix dès le premier écran, on voit une prime à l’honnêteté, à la transparence. Il est très important de mettre un bouton accepter/refuser de manière claire, afin de ne pas induire les utilisateurs en erreur” - Romain Gauthier (CEO de Didomi).

 

Découvrir la CMP

 

CNIL COOKIE COUNTDOWN #2 : Didomi & Colombus Consulting discutent de l'impact de la CNIL sur le consentement en matière de TV connectées

 

Consultez le deuxième webinar de la session Cnil Cookie Countdown organisé par l’équipe Didomi avec Damien Martin (Partnership & Alliances Manager) et Yannig Roth (Head of Marketing). L’invité du jour est Guillaume Auzolle, Consultant Senior chez Colombus Consulting.

 

 

L’invité partenaire, Guillaume Auzolle, introduit une nouveauté : le consentement lié à la Smart TV (TV connectée), qui est proposée par Didomi !

 

Pour commencer, il rappelle qu’il y a d’un côté les recommandations de la CNIL et de l’autre les spécificités liées à la télécommande. Les bonnes pratiques générales concernant les sites web et applications s’appliquent aussi à la TV connectée. Le but est de simplifier le plus possible l’expérience client, afin que l’outil de consentement soit bien visible sur l’écran. 

 

Les éléments de réassurance doivent êtres présents : le nom de l’entreprise, l’assurance, le logo, etc. Il souligne sur la spécificité liée aux télévisions qui est la navigation à la télécommande avec un focus et l'ordonnancement des boutons (“Accepter”, “Refuser”, “Paramétrer”). 

 

Guillaume Auzolle attire l’attention également sur les textes liés aux consent notices, pour bien expliquer aux utilisateurs les impacts des différentes actions qu’ils peuvent réaliser. Enfin, il termine sur le fait qu’il est important de tester différentes variations (A/B tests et séquentiels), le public étant diversifié.

 

CNIL COOKIE COUNTDOWN #3 : Didomi & Converteo abordent les différents impacts des traceurs sur le marketing digital


Consultez le troisième webinar de la session Cnil Cookie Countdown organisé par l’équipe Didomi avec Goran Stefanovic (Partnership & Alliance Manager) et Charlotte Perrin (DPO & Lead Customer Success). L’invité partenaire du jour est Pierre-Eric Beneteau, Senior Manager & Lead Privacy, chez Converteo.

 

 

Selon Pierre-Eric Beneteau, Senior Manager & Lead Privacy chez notre partenaire Converteo, il y a 3 facteurs de pression principale sur les traceurs digitaux. Ce n’est pas la technologie, mais le principe de tracer l’utilisateur sur le web et toutes les technologies utilisées qui sont impactées par ces réglementations : 

 

Le facteur réglementaire, à savoir le consentement imposé par la CNIL ;


Le facteur technologique, lié aux innovations du côté des navigateurs sur le dépôt des cookies tiers ;


Le facteur comportemental des utilisateurs, ils sont nombreux à utiliser des ad blockers totaux ou partiels, 30% en moyenne de blocage du trafic de publicités en France. 

 

Comment les entreprises ayant un site web peuvent contourner ces limitations et contraintes de consentement, notamment par des voies technologiques ? Cela peut être fait en utilisant d’autres modes de collecte, qui ont aussi leur “défaut” comme le server to server.

 

Attention il s’agit d’un sujet à ne pas négliger car tous les segments du marketing digital et data marketing sont touchés, notamment  :

 

Le parcours client (les pop-in, bandeau de consentement). Il y a un travail important à faire sur comment demander le consentement de la manière la plus efficace possible afin de maximiser le taux de consentement, qui est un nouveau KPI essentiel du marketing digital ; 


La mesure de performance. On est limités dans la compréhension de notre trafic et comportement des utilisateurs sur notre site. Il y a de nombreuses pistes pour limiter ces impacts, mais la première à explorer est la maximisation du taux de consentement pour avoir un socle de données volumineux ;


Activation média & CRM. Comment on se met en situation de collecter plus d’adresses mails, numéros de téléphone, avec les opt-in qui vont avec, pour contrebalancer la perte d’efficacité qu’on va observer en média ;


Organisation & projets data. Le consentement est un sujet transverse qui croise différentes fonctions de l’entreprise tels que le business et les métiers comme analytics, marketing, e-commerce mais aussi des sujets juridiques (DPO) et IT.  C’est un besoin d’articuler tous ces métiers-là et les nouvelles fonctions qui apparaissent de type chief risk officer et privacy. 

 

Le rappel final que vous fait Pierre-Eric Beneteau, porte sur l’urgence qui est de se mettre en conformité et de maximiser le taux de consentement qui va conditionner la quantité d’impact business.

 

“La privacy et le consentement sont l’occasion en tant qu’annonceur de créer de la confiance,  l’une des clés de la réussite. La CNIL dit : les entreprises qui réussiront demain seront celles qui auront créé une relation de confiance avec les clients, et cette relation commence forcément par le consentement”  - Goran Stefanovic (Channels & Partnerships Manager chez Didomi).

 

Vous n'êtes pas un client Didomi mais vous voulez accéder à ces fonctionnalités ? Prenez contact avec nous et nous vous aiderons à vous mettre en conformité, grâce à une Consent Management Platform (CMP) sur mesure.

 

Organiser une démo

 

CNIL COOKIE COUNTDOWN #4 : Didomi & Accenture vous présentent les étapes à suivre pour la mise en place d’une CMP

 

Consultez le quatrième webinar de la session Cnil Cookie Countdown organisé par l’équipe Didomi avec Charlotte Perrin (DPO & Lead Customer Success Manager) et Arnaud Courtel (Digital Marketing & Growth Manager). Les invités du jour sont Claire Girette, Data Compliance Consultant chez Accenture et Jérémie Sacilé, Lead Analytics chez Accenture.

 

 

Nos partenaires du jour ont présenté les différentes étapes nécessaires à la mise en place d’une Consent Management Platform (CMP) : 

 

Etape 1 : Cadrage 

 

Module A - Expression du besoin et définition de la stratégie d’opt-in :

 

Vérifier quel est le besoin au niveau marketing. Il est conseillé de faire intervenir plusieurs interlocuteurs au sein de l’entreprise, notamment le service juridique, IT et marketing, afin d’analyser quels sont les besoins métiers ;


Voir la liste des consentements qui seraient nécessaires aux besoins métiers ;


Réaliser un GAP analysis entre entre la situation existante et les objectifs qu’on souhaite atteindre ;


Mettre en place une stratégie de mise à niveau pour être en conformité (intervention de l’équipe juridique et UX design, pour le paramétrage de la bannière cookie, et l’organisation esthétique). 

 

Module B -  Sélection de l'outil de gestion du consentement :

 

Choisir si on met en place la CMP en interne ou si on a recours à un tiers pour gérer les consentements ;


Cybersécurité et protection des données. Bien vérifier la possibilité d’obtenir la preuve du consentement via l’outil et certaines entreprises ont des besoins de sécurité renforcée avec des normes spécifiques ;


Services proposés par l’éditeur. Réaliser certaines vérifications comme la facilité de prise en main, le support et la maintenance ;


Prix de la solution ;


Expérience et références, peuvent aussi être pris en compte. 

 

Etape 2 : Intégration 

 

Il est très important de bien documenter l’ensemble des finalités et différents choix de consentement ;


Réunir toutes les parties prenantes (équipes métiers et techniques) pour s’assurer du bon déroulé du projet ;


Adapter les outils marketing et donc configurer les tags de mesure et être sûr que, lorsqu’un utilisateur ne donne pas son consentement, on ne collecte pas ses données.

 

Une fois l’intégration réalisée, il faut s’assurer du monitoring à travers le dashboard. Il y a des indicateurs à suivre autour du consentement comme le nombre de cookies et leur durée de vie entre autres.

 

Etape 3 : Optimisation 

 

Mettre en place des A/B tests sur le format et design de la bannière ;


Faire un travail de design sur la bannière cookies.

 

CNIL COOKIE COUNTDOWN #5 : Didomi & Poool traitent du cas particulier des cookies wall

 

Consultez le cinquième webinar de la session Cnil Cookie Countdown organisé par l’équipe Didomi avec Yannig Roth (Head of Marketing) et Antoine Clément (Senior Account Executive). L’invité partenaire du jour est Maxime Moné, Co-fondateur & CEO de Poool. 

 

 

Notre invité Maxime Moné nous explique dans cette session, le cookie wall du point de vue de l’utilisateur. 

 

“Le sujet des cookies wall est super important parce qu’on rentre dans un moment où on met sur la table un sujet intéressant qui est la logique de compensation. Qu’est-ce qu’on peut faire pour que le lecteur créé de la valeur pour nous ? Il faut surtout ouvrir le dialogue avec l’utilisateur, faire comprendre pourquoi on a besoin de son consentement ? Il faut penser le parcours de l’utilisateur dans son ensemble, plus uniquement publicité et abonnement, il faut plus penser revenu par utilisateur global”  - Maxime Moné (Co-fondateur & CEO de Poool).

 

Les cookie walls offrent aux visiteurs une alternative à l'acceptation des cookies et du tracking, tels que l'abonnement ou le paiement d'une somme forfaitaire. En effet, cet autre choix doit être totalement libre de tout cookie et de tout suivi afin de respecter la réglementation européenne. 

 

Il faut bien souligner qu’un cookie wall va s’afficher uniquement si le visiteur a décliné les cookies sur l’avis de consentement qui lui est présenté lorsqu'il entre sur votre site.

 

Capture d’écran 2021-04-30 à 17.41.43.png

 

Le Washington Post a été l'un des premiers à utiliser un cookie wall et, pour cette raison, c’est un cas très intéressant à analyser. En conformité avec la réglementation de l'UE, le Washington Post offre une alternative aux cookies et au suivi qui demandent à l'utilisateur de payer pour s'abonner.

 

Avec un même utilisateur on va atteindre différents objectifs commerciaux et donc on ne peut pas tout lui demander d’un coup. Il faut mettre un sujet sur la table, dans la logique de compensations : “Qu’est-ce que je peux faire et qu’est ce que le lecteur peut faire, pour contribuer à créer de la valeur pour moi ?”. Il est alors indispensable d’ouvrir le dialogue avec l’utilisateur pour lui expliquer en quoi on a besoin de lui. Il faut penser le parcours dans son ensemble.

 

Ex. de cookie wall, Gamestar (Allemagne) : Acceptation des cookies OU s’abonner, on ne peut rien faire d’autre sur le site web. 

 

Capture d’écran 2021-05-03 à 15.35.44.png

 

Enfin, il est important d’intégrer le cookie wall au bon moment et déployer dans certaines catégories de contenu. 

 

Maxime Moné nous annonce la préparation d’une solution qui permettra de lier la logique de consentement et de cookie wall par un partenariat entre Poool et Didomi.

 

Pour plus d'informations sur l'intégration du cookie wall alternatif Didomi X Poool, consultez notre article sur le sujet ici.

 

LIVRE BLANC DIDOMI | Cookie wall, paywall, publicité… Quel avenir pour la monétisation des médias ?

Voulez-vous en savoir plus sur les walls ? Ce livre blanc examine ce que dicte la loi sur les cookie wall et ce que cela signifie pour les utilisateurs et la monétisation.

 

Télécharger notre livre blanc

 

Poool - Monetisation - Socials (Rectangle) (FR)

 

CNIL COOKIE COUNTDOWN #6 : Didomi & fifty-five s’intéressent à l’implémentation de la CMP sur les téléphones mobiles

 

Consultez le sixième webinar de la session Cnil Cookie Countdown organisé par l’équipe Didomi avec Antonio Anguiano (Head of Product) et Raphael Boukris (Co-fondateur et VP Sales). L’invité partenaire du jour est Paul Gallavardin, Head of Service Delivery Management, chez Fifty-five.

 

 

Notre invité de Fifty-five nous apporte un éclaircissement sur la CMP et le téléphone mobile.

Il est important de garder en tête que le mobile est soumis aux mêmes exigences que le web. Il n’y a pas de distinction entre les plateformes, le texte s’attache à la notion de lecture, écriture, traceurs (cookies). 

 

Toutefois, le mobile est le device le plus personnel qu’on peut avoir. Le Personal Computer se prête, alors que ce n’est pas le cas pour le téléphone, notamment car il y a des applications et comptes personnels connectés. 

 

Implémenter une CMP sur mobile demande plus de temps, plus de patience et de tests, pour vérifier que l'implémentation est conforme à la stratégie fixée et conforme à la réglementation de la CNIL

 

La CNIL ouvre certaines possibilités dans ses recommandations : soit le bouton “Continuer sans accepter”, soit le standard TCF (Transparency and Consent Framework). Ce standard imaginé par l'IAB permet aux éditeurs de récolter et transmettre le consentement de leurs visiteurs à leurs partenaires technologiques.

 

Le choix de l’utilisateur est transmis aux différentes plateformes et tags, pour qu'eux-mêmes puissent savoir quoi faire des données qui sont collectées.

 

CNIL COOKIE COUNTDOWN #7 : Didomi & KaOra Partners vous éclairent sur les questions laissées sans réponse par la CNIL à propos des recommandations

 

Consultez le huitième webinar de la session Cnil Cookie Countdown organisé par l’équipe Didomi avec Damien Martin (Partnership & Alliances Manager) et Antonio Anguiano (Head of Product). L’invité partenaire du jour est Méghane Duval, Consultante, chez KaOra Partners.

 

 

Notre invité partenaire, Méghane Duval est intervenue sur les sujets sans réponse, liés aux recommandations CNIL. Ce qu’on retient :

 

La mise en forme du retrait du consentement : la CNIL exige que la possibilité de retirer le consentement peut être offerte via un lien qui va être accessible à tout moment. Elle nous dit qu’on peut avoir une description nominative (texte comme “gérer mes cookies”/gestion des cookies). Un éditeur du site web peut fournir un outil de paramétrage qui va permettre d’avoir cette possibilité de retrait à tout moment, du dépôt et retrait des cookies ;


Harmonisation européenne autour du TCF (Transparency and Consent Framework) : la CNIL ne s’est pas encore prononcée sur le sujet. L’autorité belge a entamé une action contre le TCF. Il est important de suivre l’évolution car sous-tendra probablement de nouvelles exigences à prendre en compte ; 


La responsabilité conjointe de l’éditeur avec des tiers déposant des cookies : hypothèse soulevée dans le cas du détournement d’un cookie déposé par un tiers sur le site d’un éditeur.


CNIL COOKIE COUNTDOWN #8 : Didomi & Equancy abordent la chute du consentement et ses principaux impacts

 

Consultez le neuvième webinar de la session Cnil Cookie Countdown organisé par l’équipe Didomi avec Lucille Dumas (Customer Success Manager), Damien Trang (Technical Account Manager) et Romain Gauthier (CEO et co-fondateur de Didomi). L’invité partenaire du jour est Bertrand De La Selle, Associé chez Equancy.

 

 

La réglementation et la perte de confiance amènent sans doute l’accélération de la transition vers un Marketing de permission, on doit être d’accord avant que les marques puissent utiliser notre consentement. La privacy passe ainsi d’une valeur minimale à une valeur de marque. 

 

L’associé d’Equancy nous présente également 4 principaux impacts dans la chute du consentement : 

 

Optimisation de performance

On n’aura plus 100% - 90% de votre audience qui sera mesurée et mesurable. L’analyse des sources de trafic va être beaucoup plus complexe à analyser ;


Personnalisation de l’expérience digitale 

En l’absence de consentement aux cookies, certains usages à des fins de personnalisation sont rendus impossibles ; 


Attribution 

Tout l'écosystème de rémunération à la performance est bouleversé car la mesure d’attribution est plus complexe en l’absence de consentements ;


Activation média

La façon de fonctionner change et on passe d’une connaissance du comportement à une connaissance du contexte.

 

Avant, beaucoup de choses étaient possibles et souvent à l’insu des utilisateurs. Aujourd’hui il faut changer la façon de procéder depuis le cadre réglementaire. 

 

5 actions à mener tout de suite pour les entreprises qui souhaitent implémenter une CMP

 

Sélectionner une CMP qui soit leader et observer les meilleures pratiques de consentement ;


Développer plusieurs design de consentements et tester les plus efficaces ;


Porter l'attention sur les plateformes (mobiles) et landing pages majeures du site ;


Estimer la perte de volume d’audience trackée à venir pour établir un plan d’action ; 


Alerter les parties prenantes sur les impacts des problèmes de mesure.

 

Découvrir la CMP

 

Et au-delà du consentement : 

 

Donner consentement revient à donner permission à la marque de traiter vos données. Il s’agit d’un engagement vis-à-vis de cette marque. Tout ceci constitue une promesse data. Si on fait les choses en réagissant uniquement aux injonctions réglementaires, on perd l’opportunité de développer une promesse data en accord avec la marque qui pérennise la confiance qu’on crée avec les internautes.

 

CNIL COOKIE COUNTDOWN #9 : Didomi et Dn'D donnent des conseils sur comment implémenter une bannière de cookies et comment l’optimiser

 

Consultez le dixième et dernier webinar de la session Cnil Cookie Countdown organisé par l’équipe Didomi avec Antoine Clément (Account Executive) et Yannig Roth (Head of Marketing). L’invité partenaire du jour est Constantin Laurent, e-Commerce Project Manager chez Dn'D.

 

 

Notre invité de la dernière session de cette série de webinars, Constantin, vous donne des conseils dans l’implémentation de votre bannière de consentement en 4 étapes et va au-delà avec  5 conseils d’optimisation.

 

Les 4 conseils d’implémentation : 

 

Préparer son implémentation :

Qui sont les acteurs qui utilisent les données des utilisateurs ? Pour quelles finalités ? Google Chrome est un outil très utile pour savoir qui utilise les données des visiteurs (par le dépôt de cookies). Il suffit de faire clic droit et inspecter la page ;


Installer le script sur le site :

1er script “Header” et 2ème script “Footer”  ;


Lancer le scan

Outil très important et très pratique du côté de Didomi parce qu’il va scanner l’ensemble du site et donner dès le début du projet un score de mise en conformité. Ainsi, on se rend compte s’il y a du travail à faire ou si on est proche de la conformité ;


Configuration de Didomi

Ensemble des éléments préparés : les acteurs (Vendors) et les usages (purposes). Il n’y a plus qu’à les transposer dans la configuration et adapter l’aspect visuel.

 

Les 5 conseils d’optimisation : 

 

Adapter le style : (couleur, forme, position, etc.)

La bannière basse est l’une des plus utilisées par exemple. On peut aller voir ce qui est le plus utilisé chez les concurrents et quel style peut être intégré de manière logique dans l’expérience de l’utilisateur avec l’équipe de design ;


Se démarquer

Tous les sites ont cette porte d’entrée, mais le bon choix d’une CMP vous permettra de vous démarquer des autres (par le texte, la disposition des boutons, les émoticônes, les couleurs, etc.) ;


Ajouter de la clarté

La clarté est obligatoire dans les recommandations de la CNIL, mais s’appuyer sur l’aspect user-friendly vous permettra un meilleur résultat de taux de consentement ;


Scanner régulièrement le site

Cela permet de voir si notre score et mise en conformité évolue, pour ainsi réaliser des modifications ou optimisations ;


Tester et vérifier le conditionnement

Le but est de voir si l’ensemble des traceurs et cookies sont vraiment conditionnés “en refusant” ou “en acceptant”. L’analyse doit tester l’ensemble des fonctionnalités du site.


La solution CMP de Didomi 

 

Didomi offre une Consent Management Platform qui est à la fois conforme et performante, permettant aux marques de mesurer et d'optimiser l'impact du consentement sur l'expérience de l'utilisateur et les revenus. 

 

Une CMP vous permet d'être toujours en conformité d'un point de vue réglementaire, de donner accès à un service de support de qualité, d’offrir des fonctionnalités utiles telles que l’A/B test qui permet d’améliorer vos taux de consentement ou encore de personnaliser l’interface utilisateur pour l’adapter à votre marque. 

 

Prenez le temps de réfléchir à l'expérience de l'utilisateur et configurez votre CMP en fonction de vos besoins. Il conviendra de déterminer de manière générale l’expérience client que vous souhaitez donner à vos utilisateurs (format pop-in, bannière basse...) car cela jouera sur le taux de consentement et la confiance que vos visiteurs accorderont à votre entreprise.

 

La conformité est plus qu'une simple obligation légale, c'est aussi une occasion de gagner la confiance des utilisateurs et de prouver que vous accordez de l'importance à leurs droits.

 

Chez Didomi, nous travaillons dur pour assurer à nos clients une mise en conformité CNIL rapide et facile. Comme vous pouvez le voir, nous avons pris en compte toutes les recommandations de la CNIL et adapté notre solution en conséquence. 

 

Nous sommes très heureux d’avoir organisé cette série de webinars et nous espérons que cela pourra vous aider. Nous sommes des experts en recommandations de la CNIL et c’est pourquoi nous pouvons, si vous le souhaitez, nous assurer que vous êtes en conformité. 

 

Didomi a aidé des clients tels qu’Orange et Rakuten à se conformer aux recommandations de la CNIL. Vous voulez que votre entreprise soit la prochaine ?


N’hésitez pas à prendre contact avec nous si vous avez des questions ou si vous voulez vous mettre en conformité.

 

Organiser une démo