Organiser une démo
Se connecter à la console
  • Consentement

  • RGPD

  • CMP

Le consentement : Une contrainte ou une opportunité commerciale ?

mai 28, 2021 by Chiara Saullo

Inspirés par notre récent webinar dans lequel nous avons discuté de la raison pour laquelle le consentement est en train de devenir l'un des indicateurs clés de performance (KPI) les plus importants à suivre, nous avons créé une série d'articles en trois parties sur le consentement comme opportunité commerciale. Voici la première partie, dans laquelle nous définissons le consentement en tant que base juridique et examinons s'il s'agit d'une simple contrainte ou d'une opportunité commerciale. Revenez bientôt pour découvrir les parties 2 et 3, sur le rôle des Consent Management Platforms et des Preference Centers dans l'optimisation de la collecte du consentement !

 

Sommaire :  

 

 


 

Qu'est-ce que le consentement ?

 

Puisque cette série d'articles portera sur le consentement, il semble judicieux de rappeler d'abord sa définition. Le consentement est qualifié par le RGPD comme la première base légale pour la collecte de données. Dans le règlement RGPD, le traitement des données n'est légal que s'il se rapporte à l'une des 6 bases légales suivantes :

 

6 bases légales du RGPD :

 

  • Consentement 

  • Exécution d'un contrat 

  • Exigence légale 

  • Intérêt vital 

  • Intérêt public 

  • Intérêt légitime

 

Consentement : La base juridique la plus importante pour la collecte de données

Chez Didomi, nous pensons que le consentement devrait être la principale base juridique de la collecte de données, car ce qui est en jeu, c'est la connaissance, la compréhension et la confiance de votre client. Nous sommes certains que, dans le cadre de la "transition vers la confidentialité" actuellement en cours, le consentement deviendra un levier pour la confiance, et la confiance un levier pour les revenus. Par conséquent, le consentement est réellement une opportunité commerciale. 

 

En outre, l'intérêt légitime (principale alternative du consentement en matière de bases légales pour la collecte et le traitement des données) fait l'objet d'une spéculation accrue de la part de plusieurs autorités de protection des données (APD) en Europe. Dans les lignes directrices récemment publiées, telles que les recommandations de la CNIL (l'autorité française de protection des données) et de l'ICO (l'autorité britannique de protection des données), le consentement est la base juridique privilégiée, en particulier lorsqu'il s'agit de collecter un grand nombre de données. 

 

Qu'est-ce qui est considéré comme un consentement, exactement ?

Nous savons donc que le consentement est une base légale pour la collecte de données, mais de quoi s'agit-il exactement, et comment le collecter ? Selon le RGPD, le consentement doit être donné librement, de manière spécifique, informée et sans ambiguïté, et " il doit être aussi facile pour l'utilisateur de retirer son consentement que de le donner ". 

 

Avant le RGPD, certains sites web vous permettaient de vous retirer, mais désormais les éditeurs doivent avoir une action positive claire de l'utilisateur pour signifier son consentement. Les utilisateurs doivent être conscients des objectifs de la collecte de leur consentement, et doivent pouvoir modifier leurs préférences à tout moment.

 

Découvrir Didomi pour les Publishers

 

Pourquoi la collecte du consentement est-elle si complexe ?

 

Nous savons donc que le consentement est une base juridique fiable et pertinente, mais, dans ces conditions, pourquoi n'est-il pas choisi plus souvent ? Peut-être parce que la collecte du consentement semble complexe, et voici quelques-unes des raisons pour lesquelles. 

 

Les APD locales ont des applications différentes du RGPD

Selon l'APD, l'application du RGPD peut être légèrement différente en ce qui concerne le recueil du consentement et la tolérance. Par exemple, les enjeux des cookie walls, ou la question de savoir si le défilement constitue une action positive claire sont très contestés parmi les APD. 

 

CNIL vs Conseil d'Etat

L'exemple du récent débat entre la CNIL et le Conseil d'Etat illustre clairement la complexité du recueil du consentement. La CNIL a annoncé que les cookie walls étaient strictement interdits, mais le Conseil d'État (la plus haute instance législative française) a contesté le fait que l'APD française ne peut pas décider de ce qui est conforme ou non. Elle ne peut qu'appliquer des sanctions en fonction de ce qui est explicitement mentionné par le RGPD.

 

Le jugement Planet 49 de la Cour européenne de justice

Un autre exemple concret de la complexité de la collecte du consentement est celui du jugement Planet 49, dans lequel il a été jugé que les cases pré-cochées ne constituent pas une forme légale de consentement. Ce jugement a eu un effet domino dans l'ensemble du secteur de la publicité, conduisant même l'IAB à mettre à jour son Transparency and Consent Framework (TCF)

 

Vous pouvez en savoir plus sur le jugement Planet 49 dans notre article sur le sujet

 

Ces exemples montrent clairement les zones d'ombre qui entourent la frontière entre ce qui est conforme et ce qui ne l'est pas en matière de collecte du consentement. Vous voulez voir à quoi ressemble une bannière de consentement conforme et une bannière de consentement non conforme ? Consultez notre article sur le sujet ici

 

Vous vous sentez dépassé ? Didomi est la principale plateforme de gestion des consentements et des préférences, offrant des solutions complètes pour collecter, stocker et exploiter les consentements et les préférences des utilisateurs pour votre entreprise.

 

Découvrir Didomi pour la Conformité

 

 

Le consentement, une contrainte ou une opportunité commerciale ?

 

Compte tenu de la complexité de la collecte du consentement, comment pourrait-elle être considérée comme une opportunité commerciale ? Pour approfondir un peu ce débat, examinons les conséquences de l'utilisation du consentement comme base juridique. 

 

Les taux de consentement seront sans aucun doute affectés 

Oui, c'est indéniable - les taux de consentement peuvent être impactés en volume, ce qui pourrait faire croire aux entreprises qu'elles en savent moins sur leurs consommateurs. Si vous donnez aux utilisateurs un choix explicite, certains vont sans doute refuser. Cela ne semble pas aider l'argument selon lequel le consentement est plus qu'un simple inconvénient... 

 

Le consentement aura beaucoup plus de valeur 

Toutefois, même si le volume des données diminue, toutes les données dont vous disposez auront beaucoup plus de valeur car elles ont été fournies volontairement. Par conséquent, en termes de qualité et de pertinence, elles seront plus utiles. La conformité par consentement augmente les connaissances du client, ce qui renforce la confiance entre le client et la marque. Mieux comprendre vos clients n'est pas une question de données, mais de confiance. Et le levier de cette confiance est la conformité. Plus vous êtes conforme, plus votre marque est fiable et plus vous générez de revenus. 

 

C'est la raison fondamentale pour laquelle nous pensons que le consentement deviendra l'un des indicateurs clés de performance (KPI) les plus importants à suivre. La conformité est synonyme de confiance, et la confiance est synonyme de revenus.

 

Découvrir Didomi pour la Conformité

 

 

Comment Didomi peut vous aider

 

Comment mon entreprise peut-elle optimiser la collecte de consentement, et s'assurer que le consentement devient une opportunité commerciale ? Eh bien, c'est là que Didomi intervient pour vous aider. Nous parlerons plus en détail des différentes façons d'optimiser le consentement dans les autres articles de cette série, mais laissez-nous vous présenter rapidement nos solutions de gestion du consentement et des préférences.

 

Didomi a développé deux produits, la Consent Management Platform (CMP) et le Preference Center, qui vous permettent d'optimiser le consentement sur de multiples canaux, à la fois en ligne (CMP) et hors ligne (Preference Center). Il s'agit d'outils permettant d'enregistrer, de stocker et de récupérer le consentement, en le transmettant à différents partenaires le cas échéant. Ils rendent l'expérience utilisateur plus fluide et le processus de collecte du consentement plus facile.

 

Découvrir la CMP

 

Découvrir le Preference Center

 

Nos solutions sont en place sur plus de 160 000 sites web et applications, et nous aidons les entreprises à passer du consentement en tant que contrainte au consentement en tant qu'opportunité commerciale.

 

Oui, il y a des inconvénients dans la collecte du consentement, mais chez Didomi, nous croyons vraiment que c'est la voie à suivre pour générer la confiance de vos utilisateurs, et donc générer des revenus.

 

Gartner est d'accord, car il prédit dans son guide de marché pour la gestion des consentements et des préférences que, jusqu'en 2023, les organisations qui peuvent instiller la confiance digitale seront en mesure de participer à 50% plus d'écosystèmes pour augmenter les opportunités de génération de revenus.

 

N'oubliez pas de garder un œil sur les autres articles de cette série dans lesquels nous approfondissons les solutions Didomi, et réservez une démo avec nous si vous souhaitez en savoir plus sur les potentialités du consentement pour votre entreprise.

 

Organiser une démo