Organiser une démo
Se connecter à la console
  • IAB

  • CMP

  • TCF v2

  • Editeurs

Google rejoint le TCF v2 : Que cela signifie-t-il pour les éditeurs?

juillet 15, 2020 by Yannig Roth

L’IAB Tech Lab et l’IAB Europe (et l’IAB France, bien sûr) ont publié la deuxième version du Transparency & Consent Framework (TCF v2), qui a remporté une grande victoire dans l’industrie puisque Google a annoncé son intégration dans le cadre d’ici le 15 août 2020. Maintenant que Google Ad Manager (la plateforme Supply Side de Google, ou SSP) rejoint le TCF, qu’est-ce que cela signifie pour les annonceurs et les éditeurs ? Cet article présente les informations clés que vous devez connaître et énumère 12 points à retenir concernant l’adhésion de Google au TCF v2.

 

Sommaire 

 

 


 

Qu’est-ce que le TCF v2 de l’IAB ?

 

La version révisée du cadre vise à améliorer la façon dont les éditeurs communiquent aux utilisateurs la manière dont ils utilisent leurs données, afin de garantir que les demandes de consentement soient plus claires et que les utilisateurs soient correctement informés. Elle vise également à donner aux éditeurs un plus grand contrôle sur la manière dont leurs partenaires fournisseurs de technologies publicitaires peuvent utiliser leurs données (une infographie très bien faite a été proposée par iProspect à ce sujet).

L’objectif est de donner à l’industrie de l’édition et de la publicité “un langage commun avec lequel communiquer le consentement des consommateurs pour la diffusion de publicités et de contenus en ligne pertinents“. Les utilisateurs peuvent désormais exercer un droit d’opposition si une entreprise utilise la base de l’intérêt légitime (opt-out), tout aussi facilement que la révocation du consentement.

 

La deuxième version du TCF (alias TCF v2, ou TCF v2.0) comprend 12 finalités, dont deux caractéristiques particulières. Les finalités concernent la diffusion de publicités en ligne, comme le profilage, le contenu et la mesure des publicités. Les caractéristiques spéciales sont des contrôles supplémentaires ajoutés pour les données de géolocalisation et les empreintes digitales. Ces fonctionnalités nécessitent également un niveau de consentement supplémentaire. 

Quelles sont les 10 étapes simples pour assurer la conformité au TCFv2 ? Téléchargez la checklist Didomi TCFv2 pour les découvrir !

 

Télécharger notre checklist

 

L’interopérabilité de Google avec le TCF v2

Comme mentionné dans le help center de Google Ad Manager, “Google travaillera [avec] le TCF v2.0 afin d’englober plusieurs aspects de l’interopérabilité, y compris, mais pas seulement” :

  • Les appels d’offres que Google reçoit par le biais de Google Bid Manager ou Adx.
  • L’envoi de demandes d’enchères d’éditeurs utilisant Google Ad Manager à des soumissionnaires tiers.
  • Autoriser le suivi et la diffusion de publicités par des tiers.

Mais qu’est-ce qui va changer exactement, et comment s’y préparer ? 

Organiser une démo

12 points clés à retenir sur l'intégration de Google

 

Pour vous aider à y voir plus clair, voici 12 points clés à retenir sur l’intégration prochaine de Google au framework :

1 – Vous aurez besoin d’une CMP homologuée TCF v2 pour monétiser avec Google

Pour s’intégrer au TCF v2 de l’IAB, un éditeur doit mettre en place une plateforme de gestion du consentement (CMP) enregistrée au TCF v2, telle que Didomi, sur son site ou son application. La CMP crée et envoie la chaîne de consentement (TC string), puis les balises publicitaires et les SDK de Google la reçoivent et l’envoient aux fournisseurs de technologie publicitaire de Google. Notez que les éditeurs ne pourront pas choisir d’utiliser Google en dehors de TCF, et ne pourront donc pas continuer à utiliser l’intégration de Didomi pour afficher des annonces non personnalisées.

Découvrir la CMP

2 – Les chaînes de consentement du TCF seront automatiquement reçues et transmises

Si vous avez déjà mis en place une CMP enregistrée auprès de l’IAB TCF v2 sur votre site ou votre application, Google Ad Manager commencera automatiquement à consommer la chaîne de consentement de la CMP sans aucune configuration de la part des éditeurs. La transmission des consent strings aux tags, aux partenaires programmatiques et de médiation se fera automatiquement.

Dans le cadre de la transmission de la chaîne à des créatifs non-programmatiques, vous devez travailler avec votre fournisseur créatif pour déterminer si vous avez besoin d’une configuration supplémentaire (comme des macros) pour vos créatifs afin de vous assurer qu’ils reçoivent correctement la chaîne TC.

3 – Sans consentement pour la “Finalité 1”, aucune publicité ne sera diffusée par Google

Si vous n’avez pas le consentement pour la “finalité 1” de la chaîne TC (dans laquelle l’utilisateur autorise Google à “stocker et/ou accéder à des informations sur un appareil”), Google abandonnera la demande d’annonce et aucune annonce ne sera diffusée par Google, qu’elle soit personnalisée ou non, ni envoyée à des tiers soumissionnaires. Cela aura un impact non seulement sur votre inventaire Google, mais aussi sur les annonces gérées par Google sur votre site web.

La raison pour laquelle le consentement est également requis pour les annonces non-personnalisées est que ces annonces utilisent quand même des cookies ou des identifiants de mobile (notamment pour lutter contre la fraude et les abus, pour le plafonnement de la fréquence et pour le signalement des annonces agrégées). Préparez-vous à un impact sur les revenus des sites web et des applications, même si celui-ci peut être atténué en utilisant les enchères Prebid/header bidding.

4 – Les chaînes de consentement doivent indiquer le consentement (ou l’intérêt légitime)

Pour les finalités 1 à 10, ainsi que pour les finalités et caractéristiques particulières, la chaîne TC doit indiquer que le consentement a été accordé par l’utilisateur ou qu’un intérêt légitime a été établi avec lui.

5 – Google diffusera des annonces personnalisées ou non personnalisées en fonction de certains critères

Google diffusera des annonces personnalisées lorsque tous les critères suivants sont remplis : lorsque les utilisateurs finaux autorisent Google à stocker des informations sur un appareil et/ou à y accéder (finalité 1), à créer un profil d’annonces personnalisé (finalité 3) et à sélectionner des annonces personnalisées (finalité 4).

L’intérêt légitime est établi pour que Google puisse : sélectionner des annonces de base ( Finalité 2) ; mesurer la performance des annonces (Finalité 7) ; appliquer une étude de marché pour obtenir des informations sur l’audience (Finalité 9) ; développer et améliorer les produits (Finalité 10). Si les conditions d’autorisation pour les annonces personnalisées ne sont pas remplies, Google diffusera des annonces non personnalisées lorsque l’utilisateur final aura donné son accord pour la Finalité 1 et qu’un intérêt légitime aura été établi pour Google pour les Finalités 2, 7, 9 et 10.

6 – Le global scope et le out-of-band ne sont pas autorisées lors de l’utilisation de Google

Cela signifie qu’ils ne peuvent pas être utilisés sur vos sites web et applications. Conformément aux règles européennes de Google en matière de consentement des utilisateurs, vous devez identifier clairement chaque partie susceptible de collecter, recevoir ou utiliser les données personnelles des utilisateurs finaux suite à votre utilisation d’un produit Google.

7 – Les directives du TCF v2 et de Google divergent sur le champ d’application de la base juridique

Le TCF v2 de l’IAB offre aux éditeurs la possibilité de choisir le champ d’application d’une base juridique pour le traitement des données à caractère personnel. Les règles de Google exigent que les éditeurs choisissent soit (a) un champ d’application spécifique au service, soit (b) un champ d’application spécifique au groupe.

8 – Les éditeurs peuvent personnaliser les restrictions

Les éditeurs peuvent personnaliser diverses restrictions et indiquer leurs propres préférences, qui primeront sur celles d’un prestataire, le cas échéant. Comme Google utilise l’intérêt légitime (legitimate interest) pour certaines finalités et ne les marque pas comme étant flexibles, cela implique qu’un éditeur ajoutant une restriction sur la base d’un intérêt légitime pour Google bloquera certaines finalités pour Google (ce que nous, chez Didomi, ne recommandons pas, car ce n’est pas bon pour les éditeurs).

Découvrir Didomi pour les Publishers

9 – Les éditeurs sont invités à revoir les paramètres des vendors avec lesquels ils choisissent de travailler

Supposons qu’un vendor se soit inscrit de manière souple avec un “intérêt légitime” comme base légale par défaut pour une finalité pour laquelle Google exige un consentement. Si vous souhaitez travailler avec ce fournisseur via les produits Google, vous devez alors choisir le consentement de ce fournisseur dans les restrictions relatives aux éditeurs de votre CMP. Notez que les restrictions ne sont utilisées que pour modifier les choix du fournisseur. Si un fournisseur a fait un choix dont l’éditeur est satisfait, ce dernier n’a rien à faire.

Découvrir Didomi pour les Publishers

10 – Gardez à l’esprit les enchères en temps réel (RTB) et les enchères ouvertes

La logique de l’IAB TCF v2 s’appliquera aux demandes d’enchères, aux réponses et aux créations d’enchères, ainsi qu’aux demandes de correspondance de cookies. Google autorisera l’envoi des demandes d’enchères et activera la correspondance des cookies lorsqu’un vendeur s’inscrit avec la mention “Consentement” ou, dans certains cas, “Non utilisé” pour la personnalisation des annonces (finalités 3 et 4 de la chaîne TC). De plus, l’utilisateur doit avoir donné son consentement à Google pour les finalités 1, 3 et 4.

11 – Intégrez tous les partenaires (Ad Tech Partners, ATP) dans votre CMP

Assurez-vous que tous vos ATP figurent dans votre CMP. Cela permettra à Google de continuer à appeler tous les partenaires de votre cascade.

Découvrir Didomi pour AdTech

12 – Les éditeurs pourront continuer à utiliser des fournisseurs qui ne figurent pas sur la liste mondiale des fournisseurs (GVL)

Google nous fournira bientôt plus d’informations, mais ils ont déjà indiqué qu’ils continueront à accepter les fournisseurs de technologies publicitaires que les éditeurs ont sélectionnés à partir des outils de surveillance existants. De notre côté, Didomi intégrera le GVL, y compris tous les fournisseurs en dehors du TCF, pour transmettre le consentement. La conformité de Google au TCF v2 renforce la légitimité du cadre et l’importance d’avoir un certain nombre de règles et de définitions communes pour plus de sécurité et de transparence – c’est une excellente nouvelle pour tous les acteurs de la chaîne de programmation !

Quelles sont les 10 étapes simples pour assurer la conformité au TCFv2 ? Téléchargez la checklist Didomi TCFv2 pour les découvrir !

 

Télécharger notre checklist

 

Didomi est enregistrée et conforme au TCF v2, nous sommes là pour vous guider et vous aider dans votre processus de transition. Nous avons, par exemple, expliqué en détail comment l’IAB contrôle les CMP sur leur conformité au TCF. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet !

Organiser une démo