Organiser une démo
Se connecter à la console
  • CMP

  • Solution

Les recommandations de la CNIL : quelles répercussions pour les acteurs du digital ?

avril 12, 2021 by Amy Arnell

Avec l’entrée en vigueur des recommandations de la CNIL, le consentement doit être expressément mentionné. Il doit pouvoir être retiré à tout moment et il n’est valable que 6 mois. Comment s’appliquent ces règles et quelles sont leurs conséquences sur le secteur du digital ? Comment maintenir un taux de consentement élevé dans ces conditions ? Continuez à lire pour plus d'informations. 

 

Sommaire : 

 

 


 

Continuez à lire cet article ou regardez l’émission The Programmatic Society à ce sujet. Il est animé Michel Juvillier et a fait participer Merav Griguer de Bird & Bird, David Folgueira de Prisma Media et Romain Gauthier de Didomi.

 

 

Les nouvelles recommandations de la CNIL et leur application concrète 

 

Avec ses nouvelles recommandations, la CNIL renforce les obligations des professionnels en matière de recueil du consentement : l’exploitation des données personnelles d’un consommateur est désormais soumise à son consentement explicite, et ce pour chaque cookie et pour tout type de traceur, que cela soit sur site web, objet connecté, smartphone, etc.

 

Par consentement, entendez un consentement libre et spécifique, mais aussi éclairé, univoque et positif.  Ces termes signifient qu’il n’est plus possible de déduire le consentement par un simple comportement (le fait de scroller ou de continuer la navigation sans accepter les cookies, par exemple).  De fait, toute mention de type « en continuant la navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies » est bannie. 

Et ce n’est pas tout ! Les recommandations de la CNIL mentionnent également les règles suivantes :

 

  • Le consentement doit pouvoir être retiré aussi librement et simplement qu’il a été donné

  • Chaque consentement doit pouvoir être tracé et conservé : le professionnel doit être en mesure de prouver l’obtention du consentement 

  • La CNIL recommande que la durée de validité du consentement au dépôt des cookies passe de 13 à 6 mois

  • La possibilité pour l’utilisateur de refuser globalement le dépôt de cookies est obligatoire dès le premier niveau d’information 

 

Pour une liste plus exhaustive de tous les changements, veuillez consulter notre page détaillée ici.  

 

La date limite pour être en conformité était le 31 mars, et Didomi peut vous aider à vous mettre en conformité rapidement. Contactez-nous dès maintenant pour une solution de gestion du consentement rapide et performante. 

 

Découvrir Didomi pour la Conformité

 

Quelles sont les problématiques rencontrées par les acteurs du digital ?

 

Ces recommandations de la CNIL impactent en profondeur les pratiques des acteurs du digital, notamment dans le tracking et l’analyse des parcours utilisateurs. 

 

D’abord, cette nouvelle situation implique une responsabilité du consentement commune à tous les acteurs : on parle de coresponsabilité du consentement entre marques, éditeurs et publishers. Les marques et les éditeurs devront être conformes aux recommandations de la CNIL pour garantir le respect du consentement de bout en bout du parcours de l’utilisateur.

 

Ensuite, il est évident que cette quête du consentement impacte directement la rémunération. Pour illustrer ce propos, prenons l’obligation de consentement positif qui exclut toute possibilité de “supposer” le consentement “implicite” des utilisateurs. Cela aura pour effet immédiat de faire chuter le taux de consentement d’un site, par ricochet : 

 

  • La baisse des possibilités de suivi et d’analyse des comportements (seuls les utilisateurs qui consentent pourront être analysés) ; 

  • La baisse de la compréhension des attentes et des préférences des utilisateurs ;

  • La baisse des possibilités de ciblage affiné ;

  • Au final : la baisse de la rémunération des acteurs qui gagnent de l’argent avec de la publicité personnalisée.

 

Il est estimé qu’une audience sans consentement génère 80 % de revenus publicitaire en moins par rapport à une audience avec consentement, parce qu’elle ne permet pas le ciblage publicitaire. Il est donc essentiel de trouver un moyen d'être en conformité tout en optimisant le taux de consentement. 

 

Alors, quelle est la solution ? Didomi se positionne sur cette problématique en proposant une Consent Management Platform à la fois conforme à la CNIL et performante.

 

Découvrir la CMP

 

Comment optimiser le taux de consentement en respectant les recommandations de la CNIL 

 

Les participants à l’émission David Folgueira (Prisma Media) et Romain Gauthier (Didomi) préconisent un certain nombre de bonnes pratiques permettant d’optimiser le taux de consentement tout en respectant les règles de récolte du consentement de la CNIL. Selon eux : 

 

  • Mettre en œuvre un CMP : L’utilisation d’une Consent Management Platform (CMP), comme celle proposée par Didomi, est un outil indispensable. La CMP de Didomi collecte, stocke et restitue le consentement dans tous les pays et sur toutes les plateformes, quels que soient les canaux.

  • Être transparent : Transparence et honnêteté sont les mots-clés pour susciter massivement la confiance des consommateurs, et le consentement qui s’ensuit. 

  • Soigner l’expérience-utilisateurs (UX) : Voir des consommateurs refuser le consentement à l’utilisation de leurs données par lassitude - ce que l’on appelle la « fatigue du consentement » - est plus que jamais un risque. Pour éviter ce phénomène, les éditeurs doivent travailler en permanence à l’amélioration du processus menant au consentement (l’expérience du consentement). Pour cela, ils pourront proposer des bannières claires et ludiques, qui mixent marketing et texte de loi

La solution Didomi vous permet de faire des A/B-tests sur votre bannière de cookies afin de trouver le format qui optimise votre taux d'opt-in : testez le format, le message, l’UX et le design pour vous assurer que vous recueillez le plus grand nombre de consentements possible sans tromper vos utilisateurs. 

 

L’effet est concret : le taux de consentement est optimisé.  Pour preuve chez Didomi, grâce à la personnalisation et à la mise à jour de notre CMP, le taux de consentement a quadruplé en 1 mois, et dès la fin 2020.

 

Comment cibler un utilisateur tout en conciliant  consentement et réglementation ? 

 

David Folgueira et Romain Gauthier vont plus loin que les bonnes pratiques. Ils imaginent également d’autres conséquences aux règles de la CNIL et à leur mise en application. Selon eux, le consentement peut devenir une monnaie d’échange entre le consommateur et la marque si celle-ci sait proposer une expérience de personnalisation significative. 

 

Par exemple, consentir pourrait ouvrir l’accès à des contenus premium qu’une personne refusant de consentir devra payer. La CNIL a récemment clarifié sa position vis-à-vis de ces “cookie walls” mais les consommateurs, eux, ont encore un avis partagé dessus, comme le montre ce sondage :

 

 

Pour lancer un tel service autour du consentement, les éditeurs et les marques pourront prévoir un système de logging ou encore un cookie wall  (le cookie wall est un dispositif donnant accès à différentes modalités de service selon son choix de consentement). 

Au final, l’audience consentie sera forcément moindre que l’audience totale, mais elle sera plus encline à faire confiance, à interagir avec les marques et acheter leurs produits que l’audience non trackée. Elle sera réellement engagée. 

 

Livre Blanc Didomi : Cookie walls, paywalls, publicité… Quel avenir pour la monétisation des médias ?  

L'idée d'un cookie wall vous intéresse et vous voulez en savoir plus ? Ce livre blanc aborde ce que dit la loi sur les cookie walls, et ce que cela signifie pour les utilisateurs et pour la monétisation.


Télécharger notre livre blanc

 Poool - Monetisation - Socials (Rectangle) (FR)

 

En conclusion, pour susciter l’envie de consentir à l’échelle sociétale et pour démontrer aux consommateurs l’avantage de fournir leurs données personnelles aux acteurs en qui ils ont confiance, il est primordial que tous les acteurs du digital appliquent les recommandations de la CNIL. 

 

Un partenaire tel que Didomi vous aidera à vous mettre immédiatement en conformité avec ces règles, à optimiser votre taux de consentement et - surtout - à trouver les meilleures solutions pour placer le consentement au coeur de vos stratégies d’acquisition, de fidélisation et de monétisation.

 

Organiser une démo